Categories
français war

Une tentative pour préserver les activités agricoles des violences de la guerre dans la région frontalière entre Montferrat, Piémont et Lombardie : le traité de 1652

La région frontalière entre Montferrat, Piémont et Lombardie constitue, de 1628 à 1631 (guerre de succession de Mantoue), puis de nouveau à partir de 1635 (guerre franco-espagnole), l’un des principaux terrains d’affrontement entre France et Habsbourg. Ce conflit entre grandes puissances se répercute lourdement et cruellement sur les populations locales.

Les chroniques et les autres sources évoquent, à longueur de pages, les « malheurs de la guerre » et les « atrocités » commises par l’un et l’autre camp, atrocités qui sont à bien des égards comparables à celles que subissent l’Allemagne ou la Lorraine à la même époque. Toutefois, étant donné que les armées vivent essentiellement « sur le pays » (c’est-à-dire qu’elles dépendent du territoire qu’elles occupent pour leur ravitaillement et pour le logement des soldats), elles n’ont pas intérêt à ce que celui-ci soit entièrement ravagé et anéanti. C’est ainsi qu’en novembre 1651, le Conseil d’État de Casale Monferrato (possession du duc de Mantoue, alors allié à la France) négocie un « concordat » avec les gouverneurs d’Alessandria, Novara et Valenza (villes du « Milanais » appartenant à la couronne d’Espagne) ainsi qu’avec les gouverneurs de Vercelli et Trino (possessions du duc de Savoie, allié à la France), afin d’essayer de protéger les activités agricoles. Le concordat prévoit que les armées s’interdisent de capturer les « bêtes de labour » et que, de façon générale, elles laissent les paysans « travailler et cultiver la terre ».[1] Le concordat est conclu entre fin 1651 et début 1652. La Gazette de France (1652, n. 26, p. 212, nouvelles de Milan du 31 janvier) informe ses lecteurs que le texte a été publié à Milan et qu’en vertu de celui-ci :

[…] les gouverneurs des places de l’un & de l’autre parti s’obligent de n’apporter désormais aucune incommodité aux païsans ni à leurs bestiaux sous quelque prétexte que ce soit, afin de leur donner moyen de cultiver les terres, qu’ils eussent autrement été contraints d’abandonner […]

Il s’agit d’un engagement sérieux, non seulement parce qu’il est ratifié par « les généraux des deux partis », mais aussi parce que les gouverneurs s’obligent « en cas d’inobservance de réparer eux mesmes le dommage ». Le concordat est vraisemblablement respecté pendant quelques mois (ce qui ne veut pas dire, bien entendu, que des soldats débandés n’aient pu commettre, ici et là, violences et vols). Nous pouvons en être à peu près certains dans la mesure où la rupture de l’accord, dans la deuxième moitié de 1652, suscite beaucoup de bruit dans les pages de la Gazette de France. Dans le numéro 3 de l’année 1653 (nouvelles de Turin du 21 décembre 1652, pp. 19-20), le journal annonce que « les Espagnols continuent cependant d’enfraindre [sic] le traité fait entre les généraux des deux partis, par lequel on est convenu de ne ravager point les terres & moins encor d’enlever les animaux destinez à l’agriculture ». Pour quel raison les Espagnols enfreignent-ils le traité ? La Gazette l’explique :

[…] sous prétexte que les gouverneurs de S. Ya [Santhià] et de Crescentin tirent contribution de quelques lieux dépendans du Montferrat delà le Pô, & qui ont été cédez à notre duc [de Savoie] par le traité de Quiérasque [de 1631], ils prétendent que ces contributions ne doivent payer qu’à Trin, comme la ville principale de la province […]

C’est la conquête de la citadelle de Trino par les Espagnols en mai 1652 (soit quatre mois après la conclusion du traité)[2] qui fait naître ce problème des « contributions » (impôt de guerre). Les Espagnols pensent de toute évidence que Trino et les villages de sa « province » vont ensemble, et que les contributions doivent donc leur revenir ; les Piémontais, au contraire, estiment que la chute de Trino – et plus généralement la guerre en cours – n’ont pas remis en cause les dispositions du traité de Cherasco de 1631, et que par conséquent ils peuvent continuer à tirer des contributions de la province. Ainsi, si les Espagnols enfreignent le traité de janvier 1652, c’est en représailles pour ce qu’ils considèrent être une faute de la part des Piémontais. Il semble qu’il y eut des discussions préalables entre les deux camps, car le journal affirme que « sans vouloir écouter aucune raison » les Espagnols venaient de « saccager » le bourg de Cigliano en territoire Piémontais.

Le numéro 9 (nouvelles de Turin du 4 janvier 1653, pp. 67-68) de la Gazette nous apprend que le duc de Savoie demande, fin décembre 1652, à son général « d’aller faire le degast sur les terres de l’ennemi, pour se vanger [sic] du saccagement que les Espagnols ont fait à Cigliano »[3]. Double vengeance, car ledit général, le marquis Ghiron Francesco Villa, est justement le feudataire du bourg de Cigliano. Avec le concours des troupes françaises, les Piémontais lancent une grande opération de représailles au cours de laquelle ils pillent Borgosesia. La Gazette explique encore une fois que les généraux franco-piémontais ont « par cette action hautement vangé le manque de parole des Espagnols ». Elle précise, cependant, que les Franco-Piémontais ont fait preuve de « beaucoup plus de modération que les Espagnols n’en avaient montré à Cigliano, d’où ils emmenèrent jusques aux femmes, que les nostres garantirent avec les églises dans lesquelles elles s’éstoyent retirez. » Difficile de diresi les Franco-Piémontais firent réellement preuve, à Borgosesia, de plus de « modération » que les Espagnols à Cigliano. Toutefois, ce qui est important pour notre propos c’est que la Gazette considère que cette modération dans le pillage est digne de louange.

Les nouvelles de Milan du 8 janvier 1653 (numéro 14, pp. 102-103) racontent que le marquis Villa avait « fait un très grand butin » à Borgosesia, mais que le contingent espagnol de Novare l’avait empêché de poursuivre les « degast » en direction de Ghemme. De façon intéressante, ces nouvelles soulignent que :

On interprète ici [à Milan] diversement cette course, que nos chefs disent estre contre les capitulations précédentes [c’est-à-dire le traité de janvier 1652] ; au liue que ceux du parti contraire [apparemment le parti « français » de Milan] la soustiennent des plus justes, puisqu’elle n’a esté faite que pour se vanger du saccagement de Cigliano.

Dans son numéro 12 (nouvelles de Turin du 11 janvier 1653, pp. 91-92) la Gazette donne de nouveaux détails au sujet de l’opération et du butin capturé à Borgosesia. Elle explique également que « quelques-uns sont allez de leur mouvement à Milan, pour y proposer une nouvelle accomodation & empescher que les païsans ne reçoivent à l’avenir aucun mauvais traitement. » Par « quelques-uns […] de leur mouvement », il faut sans doute comprendre quelques acteurs locaux (peut-être des religieux) qui essayent de renouer le dialogue sans que le duc de Savoie ou les généraux français leur en aient donné officiellement l’ordre.

Portrait de Francesco Ghiron Villa vers 1630-40
Cite this article as: Stefano Condorelli, "Une tentative pour préserver les activités agricoles des violences de la guerre dans la région frontalière entre Montferrat, Piémont et Lombardie : le traité de 1652," in Notes on research, 09/06/2019, https://condorelli.hypotheses.org/120.

[1] Gian Domenico Bremio, Cronaca monferrina (1613-1661), éd. par Giuseppe Giorcelli, Rivista di Storia, Arte, Archeologia per le province di Alessandria e Asti, 1909, p. 130. 

[2] Pietro Gazzotti, Historia delle guerre d’Europa arriuate dall’anno 1643, Venezia, 1681, vol. I, p. 457.

[3] Voir aussi le numéro 6 de la Gazette de 1653 (nouvelles de Turin, 28 décembre 1652), p. 43.


By Stefano Condorelli

My current research focuses on a global history of the 1720 financial bubble. I am currently an associate researcher at the Center for Global Studies at the University of Bern and associate member at the Collaborative Research Centre “Threatened Order - Societies under Stress” at the University of Tübingen.