Categories
français prodigies

Un orage à Palerme en juin 1689

On est frappé, en lisant les sources de l’époque moderne, de constater à quel point la menace de la colère divine pèse sur les esprits. Parfois, un orage un peu fort peut à lui seule susciter la frayeur d’une ville entière. Sans doute en raison de la très forte charge symbolique de la pluie (le déluge), et aussi certainement de ses manifestations potentiellement effrayantes : éclairs et tonnerres. Voici un exemple tiré du journal de l’abbé palermitain Antonio Mongitore en date du 17 juin 1689[1] :

[…] il y eut à Palerme une très grande pluie, avec des tonnerres tellement terribles, que les plus vieux habitants ne se souviennent de rien de semblable. Ils furent tellement épouvantables qu’ils effrayèrent toute la ville […] et il y eut une opinion commune que cela avait été une menace de la colère divine […]. Une fois que les tonnerres eurent cessé, un grand nombre de personnes se rendirent à la cathédrale, dans la chapelle du Santissimo Crocefisso (asile habituel en cas de calamité imminente), en cherchant par la confession le pardon des péchés ; et il y eu un telle foule qu’il y eut besoin de nombreux confesseurs. On vit beaucoup d’actes de mortification et de pénitence, et avec beaucoup de pleurs et de clameurs on implorait la divine miséricorde et on demandait le pardon des péchés.

Cite this article as: Stefano Condorelli, "Un orage à Palerme en juin 1689," in Notes on research, 09/01/2014, https://condorelli.hypotheses.org/39.

[1] « […] fu in Palermo una grandissima pioggia, con tuoni tanto terribili che li più vecchi cittadini non si ricordano cosa simile. Furono così spaventosi, che intimorirono tutta la città […] e fu comune sentimento che fosse stata una minaccia dell’ira divina […]. Cessati li tuoni, in gran numero concorsero le persone al duomo alla cappella del Santissimo Crocefisso (consueto asilo nelle imminenti calamità), cercando con la confessione il perdono de’ peccati ; e fu tale il concorso che fu bisogno provvedersi di molti confessori. Si videro molti atti di mortificazione e penitenza, e con molti pianti e grida altissime si implorava la divina misericordia e si chiedeva il perdono dei peccati. » Antonino Mongitore, Diari della città di Palermo (ed. Gioacchino Di Marzo), , Palerme, 1871, VII p. 85-86.


By Stefano Condorelli

My current research focuses on a global history of the 1720 financial bubble. I am currently an associate researcher at the Center for Global Studies at the University of Bern and associate member at the Collaborative Research Centre “Threatened Order - Societies under Stress” at the University of Tübingen.