Categories
disasters français iconographic sources

Représentations du tremblement de terre de Sicile de janvier 1693

La couverture de l’Europische Mercurius pour l’année 1693

Les représentations du tremblement de terre de 1693 n’ont pas été surabondantes[1]. Seules cinq images avaient été recensées jusqu’ici.

La première figure dans l’occasionnel allemand Das erschütterte Sicilien. Celle-ci représente le séisme à Catane. Le graveur a dessiné les traits généraux de la ville et de ses alentours sur la base d’une célèbre carte de la fin du xvie siècle ; il a ensuite rajouté les bâtiments qui s’effondrent, les habitants qui prient ou qui s’enfuient et, en arrière-plan, l’Etna qui semble exploser. Il est intéressant de constater que l’image ne se suffisait pas à elle-même, car elle était accompagnée d’une légende : six numéros expliquaient les six scènes qui composent la gravure (l’écroulement des édifices, l’explosion du volcan, la fuite des habitants etc.) Une autre célèbre image se trouve dans l’ouvrage magnifiquement illustré du jésuite Johannes Zahn, Specula physico-matematico-historica, publié à Nuremberg en 1696. Cette image dépeint un ensemble de phénomènes liés au séisme : au premier plan, un bâtiment qui s’effondre écrasant ses habitants ; à droite, l’écorce terrestre qui se plie ; en arrière-plan, une ville engloutie dans un immense gouffre, etc.

Deux autres images représentent le tremblement de terre de façon plus schématique ou symbolique. La première se trouve dans la partie supérieure d’une carte de Sicile publiée en 1693 par David Funke, un éditeur de Nuremberg : on y voit le sommet d’un dôme, d’un obélisque et d’un château s’enfoncer dans un abysse. La carte, qui porte le titre d’Infelicis Regni Siciliae, comprend en outre la liste d’environ soixante-dix villes, terres et châteaux détruits par l’« horribili terrae motu ». La seconde image figure sur une médaille commémorative gravée en 1693 par Carlo Castelli (à Milan semble-t-il). La médaille porte en exergue le titre : Sicilia afflicta. Un personnage féminin, qui symbolise sans doute la terre de Sicile, tient d’une main la trinacrie, symbole de l’île, et de l’autre jette en l’air plusieurs villes. Sur le revers de la médaille figurent la date du terremoto, le nom de certaines cités (Syracuse, Augusta, Catane, Messine) ayant été détruites, ainsi que le chiffre de 100 000 victimes.

Faut-il rajouter à ce corpus d’images une gravure réalisée par Jacques Coiny pour le Voyage pittoresque de l’abbé de Saint-Non ? Certes, cette gravure a été réalisée en 1778 et publiée en 1782, c’est-à-dire longtemps après les événements, mais d’autre part on pourrait dire qu’elle témoigne à sa façon de comment le retentissement du terremoto s’est prolongé dans le temps, d’autant plus qu’elle figure dans une œuvre destinée au grand public.

Ces quatre ou cinq images représentaient, jusqu’ici, la totalité du corpus iconographique connu du séisme de 1693. J’ai trouvé, de mon côté, une gravure inédite dans le recueil des numéros de l’année 1693 de l’Europische Mercurius d’Amsterdam. Cette gravure figure sur le frontispice même du recueil, ce qui permet de dire que le terremoto sicilien fit la “ couverture ” de ce journal, l’un des plus importants de l’époque. Témoignage supplémentaire du retentissement de l’événement à l’échelle européenne. La partie supérieure de l’image rappelle, à travers une scène de bataille terrestre et un rassemblement de vaisseaux de guerre, les combats qui cette année-là avaient opposé la Grande Alliance à la France ; la vignette du bas évoque par contre très clairement le tremblement de terre de Sicile. La ville que l’on voit en arrière-plan, entre mer et volcan, ne peut d’ailleurs être que Catane ; c’est en tous cas son iconographie traditionnelle. Le dessinateur a représenté simultanément plusieurs épisodes successifs : en arrière-plan, la ville est encore intacte, avec ses coupoles et ses tours ; au premier plan à droite, les édifices s’effondrent sur les habitants, certains d’entre eux sont engloutis par une crevasse, d’autres parviennent à s’enfuir en courant ; au centre, deux personnages lèvent des mains implorantes vers le ciel et un troisième se prosterne à terre ; à gauche, les rescapés ont installé un campement de tentes au milieu desquelles évoluent deux carrosses.

Couverture du Europische Mercurius pour l'année 1693
Couverture du Europische Mercurius pour l’année 1693
Cite this article as: Stefano Condorelli, "Représentations du tremblement de terre de Sicile de janvier 1693," in Notes on research, 10/01/2014, https://condorelli.hypotheses.org/48.

[1] Au sujet de l’évolution dans la représentation des séismes à partir de la fin du xviie siècle voir S. Keller, Sections and Views: Visual Representation in Eighteenth-Century Earthquake Studies, in “ The British Journal for the History of Science ”, vol. 31, n. 2, 1998.


By Stefano Condorelli

My current research focuses on a global history of the 1720 financial bubble. I am currently an associate researcher at the Center for Global Studies at the University of Bern and associate member at the Collaborative Research Centre “Threatened Order - Societies under Stress” at the University of Tübingen.