Le gouvernement Giolitti parvient à maintenir le secret sur l’épidémie de choléra de 1911 à Naples

Le port de Naples au début du XXe siècle

Partie du Bengale, la cinquième pandémie de choléra (1881-96) avait provoqué des centaines de milliers de morts à travers l’Europe (pour ne rien dire des centaines des millions de morts à travers les autres continents). En revanche, en raison des améliorations en matière d’assainissement et d’approvisionnement en eau potable, l’Europe occidentale est à peu près épargnée par la sixième pandémie de choléra des années 1900-10. Unique exception parmi les métropoles européennes, Naples qui, avec ses 750 mille habitants, est encore à cette date la ville la plus peuplée d’Italie. Naples est en effet frappée par le choléra en juillet 1910[1]. Après plusieurs semaines d’hésitations – et de démentis de la part des autorités locales –, le 25 septembre le gouvernement italien se résout (conformément aux règles établies par la convention sanitaire internationale de 1903) à déclarer Naples « port contaminé ». Cela signifie que les navires au départ de Naples reçoivent une « patente brute » qui les rend passibles de quarantaine lorsqu’ils arrivent dans un nouveau port.

Le coup est très dur pour la ville, car l’activité portuaire – et en particulier les flux migratoires vers les Amériques – constituent sa principale source de richesse. Et ce d’autant plus que nombre d’autre secteurs de l’économie citadine subissent encore les contrecoups de la crise économique de 1907. Naples est à cette date le premier port d’Europe continentale pour le transport des passagers, loin devant Le Havre, Marseille et Gênes. L’émigration – c’est-à-dire l’exploitation sans pitié des dizaines de milliers d’émigrants qui embarquent à Naples chaque année – fait figure de « fleuve d’or » aux yeux des milieux d’affaires locaux. Cette exploitation prend diverses formes et passe par de multiples canaux, en particulier par les locande (auberges) où s’amassent les migrants en attendant leur départ. La crainte, à Naples, est que les mesures sanitaires imposées par Rome ne tarissent la manne d’or en déviant les flux migratoires vers Gênes et de Marseille.

Émigrants vers les États-Unis

Une contre-offensive se met en place, qui comprend le conseil municipal de Naples, la chambre de commerce, le patronat, les organisations de travailleurs, et surtout les locandieri (à savoir les propriétaires des locande pour migrants) dont les intérêts sont étroitement confondus avec ceux de la camorra. Cette ligue hétéroclite fait pression sur les journaux locaux afin qu’ils ne diffusent pas d’informations au sujet de l’épidémie, et surtout elle se mobilise contre les mesures sanitaires. En février 1911, le conseil municipal envoie à Rome une délégation, dirigée par le maire de Naples, le marquis Del Carretto. Reçue par le président du conseil des ministres, Luigi Luzzatti (qui appartient au même parti que Del Carretto, à savoir la Droite historique), la délégation napolitaine présente un ultimatum : elle menace de recourir à tous les moyens, y compris l’insurrection armée, si le port n’est pas rouvert dans un court délai.

Embarquement de migrants à Naples

Le gouvernement cède, le port de Naples est déclaré libre de tout choléra, et les mesures sanitaires sont révoquées. Cette décision soulève cependant un tollé dans les rangs du parlement et dans la presse nationale. Un article du 6 mars du journal socialiste Avanti ! intitulé « La riscossa della camorra » (la révolte de la camorra), donne une bonne idée de l’enjeu et de l’atmosphère politique du moment :

Les camorras omnipuissantes qui ont fait céder le gouvernement, écrit l’Avanti !, ont dit que ces mesures [de prophylaxie] avaient porté comme conséquence la déviation des courants migratoires de Naples et l’éloignement des grands transatlantiques du port de cette métropole. […] Il est bien connu, et ce n’est pas le cas de le répéter ici, qu’autour des locande s’est formé tout un monde d’escrocs, de tricheurs, de trafiquants […] qui de la façon la plus indigne exploitent le fruste et crédule émigrant. […] Voici donc le grand monde qui s’est, à Naples, agité ; voici les protagonistes des barricades, des rassemblements, etc., à cause desquels selon le premier ministre Luzzatti il y avait le danger d’arriver à des effusions de sang. […] la démagogie frondeuse de 22 locandieri soutenus par la pègre napolitaine suffit pour que le gouvernement abdique aux raisons souveraines de la défense hygiénique […]

Le tollé politique contribue, une semaine plus tard, à faire chuter le gouvernement de centre-droite de Luzzatti, remplacé le 30 mars par un gouvernement de centre-gauche formé par le libéral Giovanni Giolitti.

 

Une rue de la partie « basse » de Naples, la partie de la ville la plus durement touchée par le choléra

Le choléra, qui s’était assoupi au cours de l’hiver, réapparaît à Naples avec les premières chaleurs du mois de mai. Le gouvernement, cette fois, met tout en œuvre afin de préserver le secret. L’objectif est de ne pas devoir à nouveau déclarer Naples port infecté, même si cela signifie ne pas prendre toutes les mesures nécessaires pour contenir l’épidémie et, ce faisant, contrevenir à la convention sanitaire internationale de 1903 (à l’établissement de laquelle l’Italie avait pourtant fortement contribué). Giolitti n’entend pas renouveler le bras de fer avec les Napolitains, mais il est aussi poussé par d’autres considérations : il entend, d’une part, éviter de pénaliser les exportations et l’émigration italiennes ; il craint, d’autre part, que la nouvelle de l’épidémie ne suscite des troubles de l’ordre public ; enfin, il ne veut pas que le choléra vienne jeter une ombre sur les importantes célébrations prévues pour le cinquantenaire de l’Unité italienne.

La politique du secret se joue sur plusieurs tableaux. Sur le plan sanitaire, la coordination des mesures se fait désormais depuis le ministère, à Rome, et non plus à Naples ; des directives sont données afin que les cas de choléra soient diagnostiqués autrement (en particulier comme des gastro-entérite), un ensemble de dispositions techniques est mis en place afin de réduire les comptages, et les bulletins de santé eux-mêmes ne sont pas divulgués. Il semble que les autorités aient même saisi les archives du Cotugno, l’hôpital de Naples pour les maladies infectieuses : il est en tous cas extraordinaires que celles-ci manquent précisément pour les mois de l’épidémie, de mai à novembre 1911. D’autres rapports (notamment financiers) indiquent néanmoins que le Cotugno est très fortement sollicité au cours de ces mois par une infection non spécifiée : afflux massif de patients, capacités insuffisantes de lits, médecins travaillant nuit et jour, etc. Cette politique du silence est, par ailleurs, favorisée par l’attitude des familles qui préfèrent éviter toute référence au choléra, afin d’éviter d’être mises en quarantaine.  

Deuxième tableau, l’opinion publique. Le discours officiel – relayé au plan local par la municipalité, les associations d’intérêts économiques (syndicats, patronat, locandieri) et la presse – est que Naples est désormais totalement immunisée contre le choléra. « Il n’y pas de choléra et il n’y en a jamais eu ! » titre l’influent journal napolitain Il Mattino le 7 juillet. Le silence dans les journaux nationaux est également remarquable. Les choses se compliquent en revanche avec la presse internationale et surtout avec L’Osservatore Romano, l’organe officiel du Vatican. Celui-ci est informé des rumeurs de choléra par l’entremise des paroisses, et il n’épargne pas les critiques : il reproche au gouvernement et à la presse italienne de manquer à leur devoir par leur « silence irresponsable et désormais ridicule », et il accuse Giolitti d’être personnellement responsable de la diffusion de la contagion. Il semble cependant que les critiques de L’Osservatore ont peu porté, sans doute parce que l’opinion publique a pu en partie les mettre sur le compte de l’hostilité systématique du Saint-Siège à l’égard de l’État italien.

Quoi qu’il en soit, Giolitti profite de la résorption de l’épidémie, à la fin du mois d’août, pour desserrer un peu la censure. Après des mois de silence, la presse italienne commence à parler du choléra. Mais toujours avec retenue : il est surtout question d’une révolte provoquée par le choléra à Verbicaro, en Calabre, et non pas de contagion à Naples ou dans les grandes villes[2]. Il semble que la seule exception ait été le quotidien napolitain Roma qui, le 29 août, évoque une contagion à travers la Péninsule et critique la politique du gouvernement. Toutefois, le Roma ne remet pas en cause le mythe de l’immunité napolitaine. Au contraire, il affirme que « Naples a réussi à échapper au danger. Parce que ses moyens de défense étaient prêts et que notre ville est celle où l’état de la santé publique est le meilleure ».

Rue de Naples au début du XXe siècle

Et pourtant, des indices suggèrent que des centaines, voire des milliers de personnes meurent du choléra à Naples au cours de l’été 1911. Une épidémie d’une telle ampleur n’échappe pas à la vigilance de certains services de renseignement étrangers, en particulier des services américains et français. Les États-Unis et la France reçoivent en effet la plus grande partie de l’émigration italienne, et ils exercent en conséquence une veille sanitaire importante dans la Péninsule. Le troisième volet de la politique du secret se joue ainsi sur le plan des relations internationales. Par un mélange de désinformation, d’assurances, mais aussi de mises en gardes, le gouvernement Giolitti parvient à convaincre ses homologues français et américain que la divulgation de l’information risquerait de créer une crise politique et économique qui ne ferait qu’aggraver l’épidémie. États-Unis et France deviennent dès lors parties prenantes de l’opération de censure, le gouvernement états-unien allant jusqu’à publier lui-même de fausses informations.

A partir de septembre 1911, la guerre de Lybie entre l’Italie et l’Empire ottoman fait passer le choléra à l’arrière-plan des préoccupations de l’opinion publique italienne. Par ailleurs, le gouvernement Giolitti parvient à éviter qu’il y ait une enquête parlementaire sur la gestion de l’épidémie. La question du choléra est seulement discutée au parlement pendant quelques heures, entre le 8 et le 9 mars 1912. Au cours de cette discussion, le secrétaire à l’Intérieur, Alfredo Falcioni, prononce un discours qui résume bien la position du gouvernement[3] :

Et puis, permettez-moi, écrit Falcioni, l’un des moyens de prévenir la propagation des maladies épidémiques est aussi d’en parler ici [le parlement] le moins possible (vives approbations). Et la raison nous devons la déduire des faits et non des impressions. Malheureusement, à l’étranger, il existe une certaine presse qui à chaque occasion se complaît à broder sur des prétendues maladies infectieuses que nous n’avons généralement pas et que d’autres pays ont. (C’est vrai ! C’est vrai !)

On peut dire pour conclure, que cette vaste politique du silence menée par Giolitti au cours de l’épidémie de choléra de 1911 préfigure en quelque sorte les mesures de censures adoptées par la plupart des États au cours de la pandémie grippale de 1918.

[1] Mon texte se base sur Frank M. Snowden, Naples in the Time of Cholera, 1884-1911, Cambridge University Press, 2002 qui reste l’étude fondamentale sur le sujet du choléra de 1910-11 à Naples.

[2] Voir par exemple le Corriere della Sera et la Stampa du 30 août 1911.

[3] Atti del parlamento italiano, Discussioni della Camera dei Deputati, XXIII Legislatura, Sessione 1909-12, 8 mars 1912, p. 17735.

Cite this article as: Stefano Condorelli, "Le gouvernement Giolitti parvient à maintenir le secret sur l’épidémie de choléra de 1911 à Naples," in Notes on research, 05/04/2020, https://condorelli.hypotheses.org/822.

Published by Stefano Condorelli

My current research focuses on a global history of the 1720 financial bubble. I am currently an associate researcher at the Center for Global Studies at the University of Bern and associate member at the Collaborative Research Centre “Threatened Order - Societies under Stress” at the University of Tübingen.