Categories
epidemic français

La peste de 1628 à Lyon : les « aisez » face aux pauvres, entre crainte, aumône et mépris

A partir du 16e siècle, à travers l’Europe, les grandes épidémies obligent les municipalités à mettre en place des politiques d’assistance[1]. La peste de Lyon de 1628 représente un exemple d’intervention en ce sens.

 

Une violente épidémie de peste se déclare à Lyon en août 1628. La plupart des bourgeois, des marchands des officiers, des magistrats, mais aussi des chirurgiens et des médecins quittent la ville afin de se prémunir contre la contagion. L’économie lyonnaise, fondée en grande partie sur le commerce et les manufactures, est à peu près paralysée ; des milliers d’ouvriers se retrouvent sans emploi.

Un témoin, Guillaume Chevalier, raconte que nombre d’ouvriers sont réduits à une telle misère qu’ils se rendent avec les malades à l’hôpital Saint-Laurent (l’hôpital des maladies contagieuses) « afin de pouvoir avoir du pain »[2]. Un autre témoin explique que la principale préoccupation des autorités municipales était de « trouver moyen d’entretenir plus de vingt mille pauvres, qui demandoient du pain, leur travail ayant entièrement cessé », car ils « se voya[ient] à la veille d’un saccagement & d’un pillage, s’ils n’y pourvoyoient »[3]. En d’autres termes, l’épidémie déclenche une crise économique, qui génère à son tour une crise sociale, crise sociale qui menace de se transformer en crise politique.

Lyon avait connu une succession de troubles populaires depuis le début du règne de Louis XIII, à savoir en 1611, 1615, 1616, 1617, 1618, 1619, 1622, 1624, 1626, 1627. Le dernier épisode en date, en janvier 1627, avait été marqué par deux semaines de « grandes assemblées » et de « procédés tumultuaires » de milliers d’ouvriers qui protestaient précisément contre la « cessation des fabriques des soyes ». Le consulat n’avait pas eu la force de les réprimer et il avait même été contraint de recevoir plusieurs délégations ouvrières[4]. La faiblesse du pouvoir municipal était accentuée par la faiblesse relative de la monarchie qui traversait alors une période d’instabilité, de révoltes, de guerre civile (rébellion huguenote, siège de La Rochelle). On comprend que le consulat lyonnais ait pu craindre que la misère dans laquelle étaient plongés à nouveau les ouvriers, cette fois en raison de la peste, ne donne lieu à de nouveaux troubles.

Mais, comme l’écrit Chevalier, en raison des progrès de l’épidémie « même Messieurs le prévôt des marchands & échevins les uns après les autres furent contraints de se retirer » à la campagne, « de sorte qu’il ne resta dans la ville pour le gouvernement d’icelle que Messieurs les commissaires députez pour le fait de la santé, avec les pauvres artisans »[5]. Placés sous la tutelle du consulat, les quatre commissaires de la santé avaient été élus par l’assemblée des « notables » lyonnais. Ils formaient le bureau de la santé, une institution ad hoc qui disposait d’amples pouvoirs en cas d’épidémie[6]. Ces commissaires, comme l’explique un troisième témoin – le père jésuite Jean Grillot – avaient pour mission d’« empescher les désordres, les séditions & troubles qui arrivent ordinairement en semblables accidents, avec un très ample pouvoir de vie & de mort »[7].

Je ne rentre pas ici dans les aspects médicaux, la quarantaine, les mesures pour « purifier l’air », etc.[8], ni dans l’organisation des démonstrations de dévotion religieuse. Je ne rentre pas non plus dans le dossier des désordres provoqués par la crainte des « engraisseurs », c’est-à-dire ceux qui étaient soupçonnés de répandre la peste à des fins criminelles. En l’occurrence, le gros de la population accuse la minorité protestante de propager la contagion afin de prendre le contrôle de la ville avec l’aide des troupe huguenotes du duc de Rohan[9]. Plusieurs protestants sont massacrés par la foule et les autorités interviennent à la fois pour faire cesser les massacres et pour désarmer les huguenots de Lyon[10]. Enfin, je ne rentre pas non plus dans les mesures prises pour assurer la sécurité des commissaires eux-mêmes, ainsi que des hospitaliers[11]. Je voudrais ici seulement me concentrer sur l’assistance aux « pauvres ».

Ces pauvres ne sont pas de façon indistincte toutes les personnes dans le besoin. L’une des premières décisions prises par le bureau de la santé est en effet l’expulsion hors de la ville des « gueux, caymans et faynéantz »[12]. L’assistance concerne essentiellement les ouvriers et les artisans. Il s’agit tout d’abord de les recenser. Le 24 septembre 1628, les commissaires font établir dans chaque quartier une liste de ceux qui ne sont pas déjà nourris par l’Aumône Générale[13]. Il y avait à Lyon une tradition de financement de l’Aumône Générale sur une base volontaire et la municipalité fait d’abord appel à la charité publique[14]. C’est un échec, un seul notable, semble-t-il, ayant proposé de prêter trois mille livres[15] (alors que le coût initial de l’assistance représentait environ trois mille livres par jour[16]). Le consulat impose alors un système de financement obligatoire (3 octobre). Nouveau recensement, cette fois « des aisez en chaque quartier ». Dans chaque quartier, les pauvres sont repartis entre aisés et notables afin d’être nourris par eux : « à qui plus, à qui moins, l’on assigneroit desdits pauvres à nourrir à raison de trois sols pour chacun par jour »[17].

Les aspects pratiques de l’opération sont en partie connus. Le consulat fait établir (12 octobre) des billets où est indiqué, pour chaque « aisé », le nom des « pauvres » qu’il doit nourrir ; des mesures sont prévues contre les réfractaires (« refusans ou dilayans ») : saisie des biens, obligation de loger des pauvres, déchéance de leurs privilèges[18]. On se demande, cependant, comment le système a pu fonctionner alors que la plupart des « aisés » ont fui la ville. Le consulat les fait rappeler (13 octobre), mais il est improbable que beaucoup d’entre eux soient immédiatement revenus à Lyon, d’autant plus que les membres du consulat eux-mêmes fuient la cité. Par ailleurs, certains refusent de contribuer « quoique des plus riches et aisez de la dite ville, se fondant, les uns sur la qualité d’ecclésiastiques, les autres à cause de leur noblesse ou privilèges de leurs charges »[19].

Les témoignages indiquent que l’assistance dura jusqu’aux premiers jours de 1629. A cette date, la contagion ayant baissé, « les pauvres qui restèrent se remirent au travail »[20]. Une partie du coût de l’opération est indirectement financée par la monarchie : la municipalité obtient une remise partielle des « subventions » (impôts indirects) en raison de la « cherté et disette du blé » et de la peste[21].

Pour le consulat, la politique d’assistance dut probablement apparaître comme un succès puisqu’il ne semble pas y avoir eu de « saccagement & de pillage ». Le père Grillot loue, à cet égard, les commissaires d’avoir fait en sorte de prévenir la « communication du peuple trop fréquente »[22]. Mais, comme l’explique un autre témoin, plus que les mesures de police, c’est la peste « qui arrêta la furie du peuple, laquelle fut encore bien mieux réprimée par la grande mortalité qui s’en suivit[23]. » Selon Grillot, des 18 mille pauvres qui avaient reçu l’aumône, seuls six cents survécurent à la peste[24].

Soulignons que le jésuite considère cette extrême mortalité à la fois comme une bonne chose pour Lyon et comme une juste punition divine. Il commence par citer les commentaires de « quelques uns » qui, en substance, disent « bon débarras » :

« ce qui a donné sujet à quelques uns de dire, écrit-il, qu’elle [la ville] a ésté plustost déchargée & nettoyée, & que la mort à fait grace à plusieurs dont la vie estoit misérable & ennuyeuse, car des personnes de qualité éminente il n’en est mort que sept ou huict ; de condition médiocre cinq ou six cents, tout le reste est de la populace, qui éstoit en si grand nombre qu’on ne pouvoit plus demeurer dans les chambres, tant elles estoient pleines »[25]

On constate, cependant, que Grillot partage cette vue. Il compare en effet l’immense mortalité ouvrière provoquée par la peste aux « vents [qui] purgent l’air », aux « tempestes [qui] nettoient la mer », au « feu [qui] oste la rouille au fer, espure l’argent & r’afine l’or »[26]. Pour lui, non seulement les ouvriers encombraient Lyon, mais qui plus est, en provoquant la colère divine à cause de leur vie dissolue, ils ont été l’une des principales causes du fléau,

« Enfin Dieu avoit pris les verges en main pour chastier tant de libertinage, d’excés, de dissolutions, de blasphèmes, ausquels les artisans de Lyon estoient addonnez sans apprehension de sa justice »[27]

Si l’on en croit le jésuite, les ouvriers eux-mêmes partageaient cette opinion :

« j’ay entendu, écrit-il, maintefois des artisans assemblez aux rues & aux places tenir ce langage : c’est maintenant que Dieu nous chastie, comme nos pechez & deportemens licencieux le méritent : nous estions tous le jour dans les cabarets à boire et à jouer [etc.] »

 

[1] Marcel Fosseyeux, « Les premiers budgets municipaux d’assistance. La taxe des pauvres au XVIe siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, 88, 1934.

[2] Guillaume Chevalier, L’ordre public pour la ville de Lyon pendant la maladie contagieuse, Lyon, 1644, p. 7.

[3] « Relation de la contagion de Lyon », relation anonyme publiée par Mercure françois, 1631, p. 8.

[4] Un projet royal d’édit somptuaire menaçant de limiter l’usage de la soie, les marchands lyonnais avaient cessé de passer commande, plongeant les ouvriers dans la misère. Archives Municipales de Lyon (AML), BB 171, f. 20, 40 ; Yann Lignereux, Lyon et le roi : de la « bonne ville » à labsolutisme municipal (1594-1654), Seyssel, Champ Vallon, 2017, p. 465-467.

[5] Chevalier, op. cit., p. 6-7. J’ai un peu revu l’orthographe.

[6] Le bureau avait été créé en 1581. Il devient permanent justement après la peste de 1628. Cécile Floury-Buchalin, « Assainir et protéger le corps de la ville. L’émergence de la santé publique à Lyon au XVIIe siècle », Chrétiens et sociétés. XVIe-XXIe siècles, 15, 2008.

[7] Jean Grillot, Lyon affligé de contagion, Lyon, 1629, p. 30.

[8] Voir Cécile Floury-Buchalin, art. cit.

[9] « Relation », op. cit., p. 5-6.

[10] AML, BB 174, f. 273.

[11] Lignereux, op. cit., p. 698-699.

[12] Floury-Buchalin, op. cit., p. 47.

[13] Lignereux, op. cit., p. 700.

[14] AML, BB 174, f. 277, 281.

[15] Lignereux, op. cit., p. 700.

[16] Trois sols par jour pour environ 20 mille pauvres, soit trois mille livres par jour.

[17] « Relation », op. cit., p. 8.

[18] AML, BB 174, f. 262-265. Lignereux, op. cit., p. 700.

[19] AML, BB 174, f. 287.

[20] « Relation », op. cit., p. 8.

[21] AML, CC 318, 27 mai 1632.

[22] Grillot, op. cit., p. 82.

[23] « Relation », op. cit., p. 8.

[24] Grillot, op. cit., p. 67-68.

[25] Ibid. p. 68-69.

[26] Ibid., p. 70.

[27] Ibid.

 

Cite this article as: Stefano Condorelli, "La peste de 1628 à Lyon : les « aisez » face aux pauvres, entre crainte, aumône et mépris," in Notes on research, 08/06/2020, https://condorelli.hypotheses.org/863.

By Stefano Condorelli

My current research focuses on a global history of the 1720 financial bubble. I am currently an associate researcher at the Center for Global Studies at the University of Bern and associate member at the Collaborative Research Centre “Threatened Order - Societies under Stress” at the University of Tübingen.