Categories
climate change epidemic français

Dans quelle mesure les grandes pestes du passé éclairent-elles la pandémie de Covid-19, mais aussi notre difficulté à changer nos comportements face au défi climatique ?

Dans quelle mesure les grandes pestes du passé peuvent-elles éclairer la pandémie de Covid-19 ? Soulignons d’emblée des différences fondamentales. Le Covid engendre une surmortalité effrayante, mais nous sommes loin des hécatombes du passé. En 1656, à Naples, la peste tue plus de 200 mille personnes, soit plus de la moitié de la population ; à Londres, en 1665, elle emporte 75 mille personnes, soit un quart des habitants ; à Marseille, en 1720, elle fait 90 mille morts, le tiers de la population. Les textes de l’époque évoquent les monceaux de cadavres, les scènes d’hystérie (malades préférant s’ensevelir eux-mêmes plutôt que d’être dévorés par les animaux, etc.), mais aussi la disette, les pillages, les violences qui souvent accompagnaient les épidémies. La « peste » était d’autant plus terrifiante qu’elle était perçue comme une punition divine. Pour ne citer qu’un exemple, nombre de contemporains de la peste de Marseille pensaient que celle-ci était le signe que la spéculation boursière effrénée de 1719-20 avait provoqué la colère du Ciel.